Cinéma : carte blanche à Sergueï Loznitsa

À l'occasion de l'ouverture du cycle Sergueï Loznitsa : l'intégrale, proposé du 8 janvier au 8 mars 2020,  la Cinémathèque du documentaire à la Bpi donne carte blanche au réalisateur ukrainien qui a choisi huit films pour exprimer sa cinéphilie.
San Clemente de Raymond Depardon
Raymond Depardon - San Clemente
Alors que la Cinémathèque du documentaire à la Bpi rend hommage à Sergueï Loznitsa à l'occasion d'une intégrale programmée du 8 janvier au 8 mars, la Bpi a aussi souhaité donner une place de choix à la cinéphilie du réalisateur ukrainien, un goût qu'il a pu nourrir en fréquentant avec assiduité le Musée du cinéma de Moscou pendant ses études à l'Institut national de la cinématographie S. A. Guerassimov (VGIK).
Cette rétrospective en porte la marque avec une carte blanche proposant des films marquants et/ou influents et/ou inspirants. Le choix du cinéaste exprime certaines évidences (Otar Iosseliani, Esther Choub), des correspondances thématiques (les univers psychiatriques de San Clemente de Raymond Depardon et de La Colonie) et aussi une certaine surprise (Crazy Horse de Frederick Wiseman).
 

Carte Blanche à Sergueï Loznitsa : les séances

La Mélodie du monde (Melodie der welt) de Walter Ruttmann
Allemagne, 1928, noir et blanc, 48 min
Avec ce film, Ruttmann ambitionne de réaliser une « Symphonie du monde », comme un point d'aboutissement des recherches de l'avant-garde des années 1920. Dans cette déambulation à travers les continents, il exprime un lyrisme généreux mettant en valeur un universalisme humaniste.

Les Saisons (Vremena goda) de Artavazd Péléchian
URSS, 1975, noir et blanc, 28 min
Scènes de la vie rurale, de travail agricole, de transhumance, de fêtes traditionnelles, de rites populaires arméniens : le génial poème cinématographique de Péléchian déploie les puissances du cinéma, de la nature et des êtres.

jeudi 20 février • 20h • cinéma 2
 

La Chute de la dynastie Romanov (Padenie dinasti Romanovvykh) de Esther Choub
URSS, 1927, noir et blanc, 88 min
Dix ans après la révolution d'Octobre, Esther Choub s'empare des actualités de l'époque tsariste pour composer, en pionnière, le premier film de montage réalisé avec un matériau préexistant. La vie de la famille du dernier tsar de Russie contraste pour le moins fortement avec celle des villages et des villes, des champs et des usines.
Film issu des collections du Musée national d'art moderne - Centre Pompidou

Samedi 22 février • 17h • cinéma 2