Matière à penser

Penser en, et par la littérature, par l’écriture et la lecture; penser en et par le mouvement, l’image, la scène, la toile ou le burin ? Le cycle Matière à penser se propose d’envisager l’hypothèse que le geste artistique pense, et qu’il pense autrement, avec des moyens qui lui appartiennent. Que, plus généralement, chaque acte créateur reflète et permet un régime de pensée singulier, dont la forme et la teneur diffèrent d’un domaine à un autre. Qu’il n’est pas simplement propre à incarner, à traduire, à manifester de la pensée, mais qu’il peut être analysé et mis en œuvre comme une machine à faire émerger des modes de pensée, des propositions, des savoirs qui lui sont propres.
 
Cette « matière » à penser, c’est aussi bien l’œuvre, le matériau, le lieu et le moment que la pratique et le geste, tant du côté du créateur que de celui du récepteur. Mais si cette matière pense, ou produit de la pensée, que pense-t-elle, et comment ? Quels aperçus de notre monde, quelles opérations de pensée originales nous permet-elle d’offrir à l’investigation ?
 
Nous nous proposons donc, au cours d’un cycle d’entretiens et de rencontres, d’explorer les voies et les paysages de cette matière à penser, matière de théâtre, de littérature, de photographie, d’architecture, de cartes ou d’exposition...